Archive for January, 2010

Paris, laisse-nous vivre !

Tuesday, January 5th, 2010

Un petit blog sans prétention

Tuesday, January 5th, 2010

Le fédéraliste poitevin

Un petit blog sans prétention. L’actualité locale (poitevine), nationale ou européenne et le fédéralisme.

Langues régionales. Pour Breizh 2004, pas d’autre solution qu’une Europe fédérale.

Monday, January 4th, 2010

lundi 4 janvier 2010

Par un communiqué diffusé hier, Breizh-2004, donne acte à Eric Besson du refus gouvernemental de proposer une loi sur les langues régionales. Pour Claude Guillemain, son Président, la question ne peut être résolu que par une “Europe fédérale et ses parlementaires.”

[COMMUNIQUE - 13-12-209] Monsieur Eric Besson a déclaré devant les députés en séance publique qu’il n’y aurait pas de loi sur les langues dites « régionales ».

Dont acte.

Les langues minoritaires sont bien vivantes. Il suffit pour s’en convaincre de voyager en Europe. Je note par exemple, la vigueur du luxembourgeois (Lëtzebuergesch en luxembourgeois), la langue nationale du Luxembourg qui, avec le français et l’allemand, est la troisième langue officielle du Grand Duché.

Partout en Europe, il y a des expériences pour favoriser la transmission des langues dites minoritaires, langues que l’on dit parfois éteintes. Mais rien n’est définitivement écrit. On relève une forte dynamique un peu partout en Europe, mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir pour que les langues dites minoritaires soient reconnues.

Attention, vivre le respect des identités profondes et défendre les langues régionales et minoritaires, cela ne doit entamer en rien l’idée de l’Europe. Cela se fera en Europe, par l’Europe, pour les Européens. Cela se fera au quotidien, à Bruxelles, à Strasbourg, à Luxembourg et non à Paris. Comme le traité de Lisbonne n’a donné à l’Europe qu’une compétence de coordination de l’action des états-membres en matière de culture et d’éducation, cela se fera par un travail de lobbying long et patient auprès des instances européennes.

Une langue régionale ne met pas la République en danger, mais la France jacobine et franc-maçonne, en s’arcboutant sur le concept état=nation=république, a choisi une forme d’unité nationale qui ne lui permet pas, tout simplement, de ratifier la charte européenne des langues régionales.

C’est une question trop difficile à poser en France où elle est parfois assimilée à une sorte de tabou. En France, il y a ceux qui pensent que l’unification de la langue (Villers-Cotterêts en 1539) a contribué à l’unification de la nation. Il y a ceux qui disent que les divisions de certains états commencent toujours par la revendication de la langue. Et surtout il y a ceux qui veulent maintenir très haut le niveau de jacobinisme en utilisant tout ce qu’ils peuvent trouver à leur portée pour sauver les meubles : débat sur l’unité nationale, immigration, langues régionales et minoritaires.

Certes, ce débat peut diviser, mais il ne se résoudra pas par l’affrontement. Il se résoudra par l’Europe fédérale et ses parlementaires. Et je ne pense pas que ce soit Monsieur Besson, malgré toute l’estime que je lui porte, qui soit capable de réussir l’unité là où des siècles d’histoire de France ont échoué.

Pour BREIZH 2004
- Le Président
- Claude GUILLEMAIN

voir en ligne : Breizh 2004

Fondé en 2004, BREIZH 2004 a pour mission de soutenir et de diffuser des recherches et des textes d’opinion sur des sujets touchant le développement de la Bretagne en Europe. Lieu d’échanges, de concertation et de débats entre les groupes et les individus qui réfléchissent et agissent pour construire BREIZH, BREIZH 2004 se situe au carrefour de l’observation et de l’action. Il a pour but de susciter la réflexion sur les enjeux d’actualité qui concernent la Bretagne et l’Europe. BREIZH 2004 défend le concept de fédéralisme intégral, de fédéralisme fiscal et de localisme dans le cadre des institutions et dans le cadre de la société