Archive for the ‘Europe’ Category

Les plus sages

Tuesday, May 9th, 2017

Il n’existe qu’un seul « vote utile », c’est de voter pour ses idées.

Saturday, November 19th, 2016

Pourquoi pour nous, dimanche, c’est Poisson

Chers amis,

Le monde bouge, après le Brexit, les électeurs américains ont choisi à la surprise générale D. Trump comme président. Cela prouve que toutes les options sont envisageables en France pour 2017.

Nous Citoyens de Bretagne suivons avec intérêt la démarche de Jean-Frédéric POISSON  depuis quelques mois. Notre équipe n’a pas réussi au niveau national à porter l’idée d’un candidat Nous Citoyens de Bretagne à la présidentielle.

Nous nous sommes rapprochés des Gaullistes Bretons avec succès pour définir une stratégie claire pour 2017 afin qu’elle nous serve pour mener des actions sur le terrain, élargir le mouvement et assurer la pérennité de Nous Citoyens de Bretagne.

A partir de là, après une phase d’observation de la campagne de la Droite et du Centre, nous considérons que Jean-Frédéric POISSON est le seul candidat capable de porter notre projet citoyen.

Nous sommes convaincus que J.F. POISSON est le meilleur candidat pour barrer la route aux partis classiques qui gouvernent la France de manière autocratique depuis 40 ans. C’est aussi le seul qui peut éviter un choix au second tour entre le tenant d’un parti classique et le candidat d’un parti extrémiste. C’est pour toutes ces raisons que le comité Nous Citoyens de Bretagne appelle à un soutien à la candidature de J.F. POISSON dimanche prochain

Nous irons voter pour Jean-Frédéric Poisson au premier tour de la « primaire de la droite et du centre », et vous recommandons d’en faire autant, quelles que soient les consignes de partis dont vous pourriez être proches et qui intiment de ne pas participer à ce scrutin.

Les primaires sont certes une trahison de l’esprit de la Ve République en ce qu’elles confient aux partis le soin de désigner les candidats à la présidence de la République, alors que le général De Gaulle ne leur avait concédé que le rôle de « concourir » à l’expression du suffrage (art. 4). Elles sont aussi une absurdité en ce qu’elles permettent aux électeurs du bord opposé de choisir le candidat qu’ils préfèrent affronter – ou qu’ils ont déjà choisi parce qu’il est le plus proche de leurs idées et qu’eux-mêmes n’en ont pas de meilleur !
Mais elles existent. Cette « primaire de la droite et du centre » se tiendra et les rapports de force politiques qui en sortiront s’imposeront à tous. Faudrait-il, dès lors, s’abstenir d’y participer et rester simple spectateur ? Il est tout de même difficile de se plaindre de l’absence de démocratie et de s’abstenir pour une fois que tout un chacun peut peser sur un choix.

Il n’existe qu’un seul « vote utile », c’est de voter pour ses idées. Surtout au premier tour. Au second tour, on élimine mais au premier, on choisit. On accomplit un acte positif. On affirme son choix de société. On défend ses valeurs essentielles.

Comme le dit Jean-Frédéric Poisson, à destination de ceux qui trouvent toujours une bonne raison de ne pas aller voter ou de voter comme ils joueraient au billard (« Si Fillon est au second tour, il a une chance de battre Juppé », « Si c’est Sarko qui l’emporte, Marine Le Pen peut le battre », etc.) : « A force de ne pas soutenir les candidats qui pensent comme vous, vous les découragerez et vous n’aurez plus personne pour vous défendre. »

Claude Guillemain-Charlez

Président

Nous Citoyens de Bretagne

Je suis Bruxelles

Tuesday, March 22nd, 2016

10420252_530431213797185_7135484822691193728_n.jpg

Lien permanent 0 0 commentaire

La micro économie

Monday, February 15th, 2016

watch?v=ON8Kd8hXsnkiframe>

En ces temps incertains où les modèles macroéconomiques ultralibéraux basés sur l’individualisme et la concurrence non faussée de croissance peuvent (vont ) s’effondrer, Claude Guillemain, expert international pense que la micro-finance solidaire pourrait devenir prochainement une alternative de survie au niveau local. Cette vidéo est produite par le Club de Réflexion des Patriotes Paimpolais, une entité virtuelle mais qui peut devenir réelle, proche du Front national. Il se peut que les expertises de Claude Guillemain pourraient nous être utiles surtout en cas de guerre mondiale. Pensez-y.

Je compte sur vous !

Sunday, January 3rd, 2016

bretonconverti

Voilà longtemps, je découvrais que j’étais Breton et, comme beaucoup de Bretons, j’apprenais quelques mots de breton avec ma grand-mère à Tregastell. A l’église, chanter le « Jesus pegen braz ve » était un immense plaisir. Les années Morvan Lebesque, Strollad Ar Vro, Oaled Ab Herve m’ont rempli d’espoir… jusqu’à ce jour où je découvrais que la politique avait tué l’âme bretonne ; jusqu’à ce que l’UDB ait voulu s’assimiler à l’âme bretonne et ait réussi à vampiriser la force celtique de mes compatriotes.

Ah, il ne fallait pas dire qu’on était chrétien ? Ah, il ne fallait pas dire qu’on était libéral ? Ah, il ne fallait pas dire qu’on était nationaliste ? Désolé, j’avais tout faux ! Alors, lorsque les Bretons ont commencé à redresser la tête en se coiffant d’un bonnet rouge, j’ai pensé que, enfin, le peuple breton se reconnaissait Breton et Fier. Hélas, c’était un leurre agité sous notre nez par des gens qui avaient intérêt à mobiliser l’ardeur bretonne pour défendre leur capital. Nous avons vu, lors des élections régionales, le succès de Le Drian, soutenu en caméra cachée par Locarn, Troadec et les soi-disant partis bretons.

Et enfin, la montée de l’islam est venu ponctuer cette marée capitalo-socialiste d’un trait « religieux » qui manquait à la panoplie de nos édiles.

Oh, je ne dis pas que l’islam représente une majorité en Bretagne, mais c’est une minorité qui doit être mise au ban de notre société, car c’est une idéologie mortifère et en contradiction formelle avec ce que nous portons culturellement !

Alors, nous nous sommes tourné vers nos frères gaéliques Irlandais et précisément vers le Celtic People’s Party of Ireland, car ils portaient fièrement les couleurs du nationalisme celte et du christianisme.

En termes clairs, nous sommes inquiets de la montée en puissance de l’islam dans le monde, en Europe, en France et en Bretagne. Et même si l’on nous dit que c’est là une attitude d’extrême droite nous n’en avons pas peur ! Comme tous les Européens, nous sommes tous en guerre contre l’islam, qu’on le veuille ou non, parce que l’islam est en guerre contre nous. C’est là où se trouve « l’idéologie mortifère », la vraie ! Celle que les beaux esprits socialo-collabos soutiennent !

Je me bats pour mon peuple et pour éviter à la Bretagne de subir la montée de l’islam ; parce que l’islam, je connais bien ; je connais cette idéologie liberticide, pour avoir passé 9 ans de ma vie dans les pays musulmans; j’ai reçu des menaces de mort en Tunisie après avoir organisé la Fête de la Bretagne en 2011 (1)

Non, la religion musulmane n’est pas une religion comme les autres, la religion musulmane fait partie de l’islam, et l’islam est une idéologie politique puissante, surpuissante. C’est un rouleau compresseur et je rêve que la Bretagne puisse l’esquiver !
Mes références sont Wafa Sultan, Waleed Al-Husseini, Majid Oukacha, etc. Des auteurs qui écrivent avec leurs tripes. Eux savent en profondeur ce qu’est l’islam. Osez dire à Wafa Sultan que ses propos ne sont « qu’une manière d’acclimater les idées du Front national » lorsqu’elle affirme haut et clair que « le problème, c’est l’islam ; pas l’islamisme ou le terrorisme, l’islam ! » Osez dire aux apostats musulmans qui adhèrent courageusement au parti des ex-musulmans de France qu’ils sont des agents du FN.

Non, je ne suis pas raciste… Comment pourrais-je l’être après avoir passé quarante ans dans tous les pays du monde ? Je ne confonds justement pas Arabe et musulman ! Je ris volontiers avec mes amis Tunisiens; mais je ne ris plus du tout lorsque je sens l’islam tapi dans l’ombre, prêt à frapper sournoisement hors de la volonté des individus, hors de leur libre arbitre. L’islam nie l’individu, nie le libre-arbitre ; cette négation est son carburant !(2)

J’en appelle à tous mes compatriotes Bretons, de gauche comme de droite: démarquez-vous du discours bobo et du discours des officiels Français. Montrez-nous votre courage politique, combattons ensemble l’islam tout en respectant les individus, quelles que soient leurs origines ethniques. C’est un combat difficile, mais nous avons le courage de le mener.

Je compte sur vous.

Claude Guillemain-Charlez

(1) http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/fete-de-la-bretagne-la-diaspora-aussi-17-05-2012-1705511.php

(2) http://www.gerard-brazon.com/2015/08/le-coran-serait-revolutionnaire-selon-un-breton-converti-par-gerard-brazon.html

Un Prophète

Friday, December 18th, 2015

Le plan Kalergi : génocide des peuples européens L’immigration de masse est un phénomène dont les causes sont habilement cachées par le Système, et la propagande « multiethnique » s’efforce de nous persuader qu’elle est inévitable. Dans cet article, nous voulons vous démontrer une fois pour toute que cette immigration n’est pas un phénomène spontané. Ce que l’on voudrait nous faire croire comme étant une conséquence inéluctable de l’histoire est en réalité un plan étudié sur papier et préparé depuis des dizaines d’années pour détruire complètement le visage du Vieux continent.

LA PANEUROPE

Peu de gens savent qu’un des principaux protagonistes du processus européen est aussi celui qui a planifié et programmé le génocide des peuples européens. Il s’agit d’un obscur personnage dont les masses ignorent l’existence, mais que les « puissants » considèrent comme étant le père fondateur de l’Union Européenne. Son nom est Richard Coudenhove Kalergi. En coulisse, loin des projecteurs, il a réussi a attirer dans ses filets les plus importants chefs d’Etat. Ils soutiendront et feront la promotion de son projet d’unification européenne [1]. En 1922, il fonda à Vienne le mouvement « Paneuropéen », qui visait l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les Etats-Unis. L’unification de l’Europe aurait été le premier pas vers un unique Gouvernement Mondial. Avec la montée du fascisme en Europe, le Plan a du être momentanément stoppé, et l’Union Paneuropéenne contrainte de se dissoudre. Mais, après la seconde guerre mondiale, Kalergi, grâce à une frénétique et infatigable activité, grâce aux appuis de Winston Churchill, de la loge maçonnique B’nai B’rith et d’importants quotidiens comme le New York Times, réussit à faire accepter son projet au gouvernement des USA.

L’ESSENCE DU PLAN KALERGI

Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs « Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir. « L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples […][2] Voilà comment Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi : Kalergi proclama qu’il fallait abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes ou l’immigration allogène de masse. Pour que les élites puissent dominer l’Europe, il prévoyait de transformer les peuples homogènes en un peuple métissé ; il attribuait aux métis des caractéristiques de cruauté et d’infidélité, entre autres. Ce peuple, selon lui, devait être créé et ce nouveau peuple métissé permettrait à l’élite de lui être supérieure. En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer. En abolissant le principe d’égalité de tous devant la loi et en préservant les minorités de toute critique, avec des lois extraordinaires les protégeant, on réussirait à contrôler les masses. Les politiques de l’époque ont écouté Kalergi, les puissances occidentales se sont basées sur son Plan, les journaux et les services secrets américains ont financé ses projets. Les leaders de la politique européenne savent bien que c’est lui l’instigateur de cette Europe dirigée par Bruxelles et Maastricht. Kalergi, inconnu de l’opinion publique, […] est considéré comme le père de Maastricht et du multiculturalisme. Ce qui est révolutionnaire dans son Plan, est qu’il ne préconise pas un génocide pour atteindre le pouvoir, mais qu’il prévoit de créer des « sous-humains » qui, en raison de caractéristiques négatives comme [l’incapacité] et l’instabilité, toléreront et accepteront cette « noble race » [3] (ndt noble race = élite).

DE KALERGI À NOS JOURS

Bien qu’aucun livre d’école ne parle de Kalergi, ce sont ses idées qui ont inspiré l’Union Européenne d’aujourd’hui. Sa conviction que les peuples européens devaient être métissés avec les Noirs et les Asiatiques pour détruire leur identité et créer une unique race métissée, est à la base de toute la politique européenne face à l’intégration et à la défense des minorités. 2 Tout cela n’est pas décidé pour des raisons humanitaires. Ces directives sont promulguées, avec une détermination impitoyable, pour réaliser le plus grand génocide de l’histoire. Le prix européen Coudenhove-Kalergi a été institué en son honneur. Tous les deux ans, il récompense les européistes qui se sont particuliè- rement distingués dans la poursuite de son Plan criminel. Parmi eux, nous trouvons des personnes du calibre d’Angela Merkel ou d’Herman van Rompuy. La Société Européenne Coudenhove-Kalergi a décerné le premier prix européen à Angela Merkel en 2010. Le 16 novembre 2012 le prix Coudenhove-Kalergi a été décerné au président du Conseil européen Herman von Rompuy pendant un congrès spécial qui s’est déroulé à Vienne pour célébrer les 90 ans du mouvement paneuropéen. Derrière lui on pouvait voir le symbole de l’union paneuropéenne : une croix rouge qui domine un soleil doré, symbole qui était celui de l’ordre de la Rose-Croix. L’ONU pousse au génocide par ses constantes exhortations à accueillir des millions d’immigrés pour compenser la baisse de natalité en Europe. Un rapport de la « Population Division » des Nations Unies à New-York (datant de janvier 2000), est intitulé : « Migrations de remplacement : une solution pour les populations vieillissantes et en déclin ». Selon ce rapport, l’Europe aurait besoin d’ici 2025 de 159 millions d’immigrés. On se demande comment il est possible de faire des estimations aussi précises, à moins que l’immigration ait été prévue et étudiée « sur papier ». En fait, il est sûr que la baisse de natalité chez nous pourrait facilement être inversée avec des mesures adaptées de soutien aux familles. Et il est tout aussi évident que ça n’est pas avec l’apport d’un patrimoine génétique différent que l’on protègera le patrimoine génétique européen, et qu’en agissant ainsi, on accélère sa disparition. Ainsi, l’unique but de ces mesures est de dénaturer complètement un peuple, de le transformer en un ensemble d’individus sans plus aucune cohésion ethnique, historique et culturelle. Bref, les thèses du Plan Kalergi ont constitué et constituent jusqu’à aujourd’hui la base de la politique officielle des gouvernements qui poussent au génocide des peuples européens à travers l’immigration de masse. G.Brock Chisholm, ex-directeur de l’OMS, nous montre qu’il a parfaitement appris la leçon de Kalergi quand il affirme : « Ce que les gens doivent développer en tous lieux, est le contrôle des naissances ET les mariages mixtes (interraciaux), dans le but de créer une seule race dans un monde unique et dépendant d’une autorité centrale »

CONCLUSION

Si nous regardons autour de nous, le Plan Kalergi semble s’être pleinement réalisé. Nous sommes au-devant d’une vraie tiersmondialisation de l’Europe. L’axiome de la « Nouvelle citoyenneté », c’est le multiculturalisme et le métissage forcé. Les Européens sont les naufragés du métissage, submergés par des hordes d’immigrés africains et asiatiques. Les mariages mixtes produisent chaque année des milliers d’individus métis : les « enfants de Kalergi ». Sous la double poussée de la désinformation et de l’abêtissement du peuple, grâce aux moyens de communication de masse, on a poussé les Européens à renier leurs propres origines, à oublier leurs propres identités ethniques. Les partisans de la globalisation s’efforcent de se convaincre que, renoncer à sa propre identité, est un acte progressiste et humanitaire, que le « racisme » est erroné, mais uniquement parce qu’ils aimeraient faire de nous des consommateurs aveugles. En ces temps, il est plus que jamais nécessaire de réagir aux mensonges du Système, de réveiller l’esprit de rébellion chez les Européens. Il va falloir mettre sous les yeux de tous que l’intégration [de l’immigration de masse] équivaut à un génocide. Nous n’avons pas d’autre choix [que de nous rebeller], l’alternative est le suicide ethnique.

Tancrède Lenormand