« Dieu souffle sur l’Algérie »

February 9th, 2016

Un responsable de l’association chrétienne protestante Portes Ouvertes témoigne du phénomène des conversions au christianisme en Algérie.

TO GO WITH AFP STORY BY AMER OUALI A picture taken on May 8, 2014 shows the Notre Dame d'Afrique Basilica in the Algerian capital Algiers. The number of Christians in Algeria is officially estimated at around 10,000, but the real figure is probably much higher, given the thousands of expatriate workers from the Philippines and China, as well as students from sub-Saharan Africa. AFP PHOTO / FAROUK BATICHE / AFP / FAROUK BATICHE

La basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger © FAROUK BATICHE / AFP

PARTAGER
TWEET
IMPRESSION
5 0

Il ne vous dira pas son nom : il ne pourrait plus mettre un pied en Algérie si les autorités découvraient ses activités. Il accompagne des musulmans convertis au christianisme, leur procurant des Bibles et leur proposant un suivi spirituel. Des activités qui ne sont pas du goût du gouvernement algérien qui en 2006, puis 2008, a pris des mesures de rétorsion sévères contre les chrétiens.

Crispation des autorités

« Officiellement, la police peut mettre en prison un chrétien possédant une Bible. En 2008, les églises ont été fermées, mais dans les faits elles ont rouvert depuis. Le gouvernement laisse faire, mais il s’est doté de lois répressives qui sont comme une épée de Damoclès, il peut y faire appel au besoin. » Les lois antichrétiennes se sont révélées contre-productives, nous assure notre interlocuteur. Elles ont révélé au plus grand nombre des Algériens que le phénomène des conversions existait, et qu’il gênait les autorités.

« Presque comme en Iran »

Notre interlocuteur estime que l’Algérie est le deuxième pays musulman en terme de conversions au christianisme, juste derrière l’Iran. En Algérie, les Kabyles en particulier sont concernés par le phénomène. Il a des explications toutes prosaïques, comme le rejet de l’islam qui a suivi la guerre civile des années 90. Se convertir peut être un signe de résistance politique, mais cette explication est loin d’épuiser le mystère de ces conversions, dans une terre majoritairement musulmane depuis si longtemps.

Répression dans les familles

Les réticences les plus graves à l’égard de la conversion viennent des familles et des amis. « Il y a tellement de conversions que l’on voit tous les cas de figures », assure l’homme de Portes Ouvertes. Souvent, la famille espère que le converti va changer d’avis. Il peut perdre son conjoint, voire ses enfants. C’est ainsi qu’une femme de 37 ans, mère de huit enfants, a été répudiée par son mari et a perdu tout droit sur ses huit enfants. Mais quand les convertis tiennent bon, ils suscitent des interrogations, voire de l’admiration. Une partie des enfants de cette femme sont devenus chrétiens à leur tour, et elle peut à nouveau les voir. Les conversions sont souvent contagieuses, ce qui explique – en partie – l’expansion actuelle du christianisme en Algérie.

Le déclic

Mais le plus mystérieux demeure la conversion au christianisme de personnes qui n’ont autour d’elles que des musulmans. Elles ont des profils divers, des gens blessés par la vie, qui ressentent instamment le besoin d’autres choses, souvent. Des femmes abusées, battues, des personnes qui refusent l’islam. Parfois, elles entendent parler du christianisme en zappant sur des chaînes chrétiennes comme Al Hayat TV. Mais il arrive aussi que la foi tombe « comme la foudre ». Ainsi, un jeune homme de 28 ans témoigne : « J’avais tout ce qu’un homme peu désirer, mais je me sentais vide. J’ai demandé à Dieu de se manifester à moi, et Lui ai donné deux semaines pour le faire. Une nuit, je me suis réveillé en sueur, j’ai senti une main sur mon épaule, et une voix qui me disait : “L’ancien est mort, tu es une nouvelle création” ».

Bretagne. Multiplication des actes christianophobes en 2015

February 9th, 2016

saint-François_christianophobie

09/02/2016 – 05h00 Bretagne Breizh-info.com) – L’Observatoire de la Christianophobie publie chaque mois un rapport sur les actes anti-chrétiens, christianophobes, en France. Un rapport dont la presse subventionnée ne se fait pas ou peu l’écho, cette dernière s’intéressant nettement plus aux actes islamophobes ou antisémites – moins nombreux – dans le pays.

La Bretagne, terre chrétienne, n’est pas épargnée par cette explosion des attaques visant le catholicisme. Retour sur une année 2015 particulièrement chargée.

Janvier 2015 : L’Eglise de Plouguernevel souillée par des individus, tandis qu’une église orthodoxe de Rennes était taguée, avec notamment des croix à l’envers. Le même mois, une statue sera brisée à Tremblay (35) tandis que plusieurs sites Internet catholiques de Bretagne sont piratés.

Février 2015 : A Saint-Pabu (29), la statue de Saint-Maudez a été décapitée deux fois en deux semaines.

Mars 2015 : à Vannes, le Sceptre de la Vierge à l’enfant (Eglise St Patern) a été dérobé.

Mai 2015 : trois vitraux de l’église de Muzillac ont été cassés, alors que des vols ont été commis dans la basilique de Guingamp.

Juin 2015 : à Nantes, des tags injurieux ont été faits sur une école catholique. A Morlaix, un préservatif a été mis sur une croix de l’église Saint-Mathieu. La chapelle du Scré-Coeur, à Berné, a était vandalisée tout comme l’Eglise de Joue sur Erdre.

Juillet 2015 : dans le Finistère, un calvaire détruit à Châteaulin, tandis que les affiches d’une exposition sur l’oeuvre d’Orient ont été détériorées, à Brest

Août 2015 : été agité, puisque la chapelle Saint-François de Rennes a été victime d’une tentative d’incendie, tandis qu’à Nantes, une chapelle a été taguée, et que dans le Finistère, une tombe a été vandalisée à Plougoulm, alors qu’un vol avec effraction a été constaté à Porsall.

Octobre 2015 : à Guingamp, la statue de la vierge a été incendiée, dans la basilique.

Décembre 2015 : à Pédernec (22), une chapelle a été vandalisée (une cloche cassée, une autre bloquée).

L’année 2016 a mal commencé, puisqu’une croix de carrefour a été vandalisée à Paimpol, que desincivilités ont été constatées à Hennebont dans la basilique, qu’une tentative d’incendie a visé la basilique St-Nicolas de Nantes. A Vannes, c’est une école catholique qui a vu un incendie se déclencher en son sein.
Sur toute la France, en janvier 2016, « 23 lieux de culte ou de dévotion, écoles, cimetières, et symboles chrétiens (dans l’espace public) ont été signalés et documentés sur L’Observatoire de la Christianophobie comme ayant fait l’objet d’actes de christianophobie au cours du mois de janvier, soit, au total, 30 actes différents.» indique l’Observatoire de la Christianophobie.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

50 personnes soutiennent cette pétition !

February 1st, 2016

Mise à jour sur la pétition

50 personnes soutiennent cette pétition !

1 févr. 2016 — En avant pour obtenir 100 signatures

Face à la politique répressive et jacobine menée contre la Bretagne et pour assumer notre responsabilité collective, face à l’inaction des instances dites représentatives, la Coordination 1499 a décidé d’agir et de faire entendre sa voix pour obtenir le respect du traité de 1499 signé entre le Royaume de France et le Duché de Bretagne.

Cette coordination est indépendante. Elle est composée d’associations et organisations bretonnes ainsi que de nombreux acteurs et militants engagés.

La légitimité de cette coordination vient de sa diversité, de son appel à la base de la population bretonne, respectant toutes ses composantes. La Coordination 1499 a décidé d’agir et de lancer une grande pétition pour demander au gouvernement le respect intégral du Traité de 1499 et le retour au droit international.

Si cet appel à signature s’adresse particulièrement aux Bretons, il est évidemment ouvert à tous ceux, épris de liberté et de justice, qui refusent que l’on stigmatise une partie de la population française.

Pour signer la pétition, cliquez ici ! https://www.change.org/p/breizh-info-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-fran%C3%A7aise-premier-ministre-de-la-r%C3%A9publique-fran%C3%A7aise-pr%C3%A9sident-du-conseil-r%C3%A9gional-de-bretagne-pour-le-respect-du-trait%C3%A9-de-1499-entre-la-bretagne-et-la-france

Pétition Breizh.Info “Pour le respect du Traité de 1499 entre la Bretagne et la France”

January 30th, 2016

Pour le respect du Traité de 1499 entre la Bretagne et la France

BREIZH INFO

Les conditions du contrat de mariage entre Anne de Bretagne et Louis XII ont été dictées par Anne et les États de Bretagne (Première Lettre Traité daté du 7 janvier 1499 signée Louis XII). Nous demandons l’application de ce traité à l’exclusion de toute autre décision unilatérale de la France.

Le mariage sera au château de Nantes,
L’héritier de la Bretagne ne pourra être l’héritier de la France, et pour cela un certain nombre de cas de succession sont prévus, engageant les héritiers eux-mêmes,
L’héritier de la Bretagne respectera la coutume de Bretagne,
Anne jouira intégralement du douaire obtenu de Charles VIII,
Louis XII lui constituera un autre douaire,
Le roi pourra jouir de la Bretagne après la mort de la duchesse, mais sans pouvoir la transmettre en héritage,

Un second accord (dit des Généralités du Duché) signé par Louis XII le 19 janvier 1499 (2e Lettre Traité) est vu et lu par Guillaume Gedouin, Procureur Général du Parlement de Bretagne. Cet accord prévoit 13 clauses “parole de Roi, tenir et accomplir sans venir au contraire afin que ce soit chose ferme et stable pour toujours” :

1/ rétablissement en Bretagne des Chancellerie, Conseil, Parlement, Chambre des Comptes, Trésorerie, Justice, droits et libertés,
2/ Offices et officiers, aucun changement,
3/ Offices et officiers, nominations par le Duc,
4/ impôts suivant la coutume bretonne et Bretons jugés uniquement en Bretagne au Parlement Breton en dernier ressort,
5/ guerres consentement du duc et des états,
6/ Droits gardés, émission de la monnaie et séparation des 2 Couronnes chacun d’une part et d’autre,
7/ inviolabilité de la Constitution, droits et coutumes uniquement par le Parlement et états de Bretagne,
8/ bénéfices réservés uniquement en Bretagne,
9/ Prévost et Capitaines en leur juridiction suivant la coutume,
10/ nomination aux évêchés par le Duc et Nantes ville principale de Bretagne
11/ Compétence fiscale exclusive, crimes et bénéfices aucun ressort hors du parlement Breton,
12/ Aucune exécution de mandements ni exploits en Bretagne,
13/ limite des frontières, si conflit : tribunal paritaire entre français et bretons.

ADRESSÉE À

Breizh.info

Président de la République Française

Premier Ministre de la République Française

Pour une plateforme de réflexion et d’action politique propre à la Bretagne

January 29th, 2016
http://breton-network.eu/2016/01/20/prospective-strategique/
L’idée d’une plateforme de réflexion et d’action politique propre à la Bretagne vient d’être lancée.

En effet, dans une motion de notre assemblée générale de mars 2015, nous invitions la classe politique bretonne à défendre cette idée et à agir en conséquence. Nous prenons appui sur l’exemple Corse qui d’une part faisant partie de la région Provence-Côte d’Azur-Corse en a été détachée en 1970 et d’autre part bien qu’ayant voté négativement à un référendum se proposant de créer une Collectivité unique, va en être dotée par la loi (NOTRe). Ces aménagements propres à la Corse ont été obtenus en raison d’une forte demande corse, aussi bien de la part de la classe politique que de l’électorat.

Aussi invitions-nous dès le mois de décembre 2015 non seulement la classe politique bretonne à agir, mais aussi les citoyennes et les citoyens de Bretagne à se mobiliser selon le principe “ce qui n’est pas demandé, ne sera pas obtenu”, et à émettre une demande citoyenne franche et massive dans le cadre d’un Appel pour que la Bretagne retrouve une pédagogie renouvelée visant l’autonomie ou l’indépendance.

Nous invitons toutes celles et tous ceux qui partagent cette idée à nous rejoindre. Comme dit l’autre, l’union fait la force.

Pour mieux travailler ensemble, nous vous invitons à participer à une réunion préparatoire qui aura lieu:

Le 21 février 2016
à 11h00
44, rue Léon Durocher
22730 Tregastel
S’inscrire par e-mail : claudeguillemain@yahoo.fr
Par téléphone ou SMS : 06 67 03 05 87
Par Skype : klaodgillamaen

Déjeuner sur place. Bien sûr, c’est gratuit.

Prospective stratégique

January 28th, 2016
    ” Il est grand temps d’évaluer les dysfonctionnements qui ont éreinté la Bretagne aux dernières élections régionales”


Prospective stratégique
L’expérience bretonne en matière de prospective stratégique est à réinventer, et c’est à le moment de relancer ce thème unique pour démarrer une série de rencontres visant à concevoir et communiquer une vision ou plutôt mettre en place un projet libre, sociétal, politique et économique pour les 10 prochaines années dans notre pays en s’inspirant des expériences à l’international.

Il est impensable que nous ne disposions pas aujourd’hui d’une vision et d’une approche stratégique qui nous permettent d’affronter la complexité des problèmes auxquels fait face notre pays. Le monde change et nous nous devons de trouver des outils utiles pour aujourd’hui, demain et dans 5 ans.
Évaluation, un mot sur lequel il faut insister.
S’il est une chose que nous avons négligée pendant des décennies dans notre pays, c’est bien l’évaluation. Nous n’avons pas pris en considération les dysfonctionnements et les défaillances dont a souffert la Bretagne. L’absence de l’exercice évaluateur nous a empêchés de nous rendre compte des lignes de fractures qui ont conduit la Bretagne à l’échec des dernières régionales.
Fracture générationnelle, nos jeunes sont désorientés et désemparés. Malgré des scores importants chez les jeunes en faveur du Front national, l’abstention à l’élection régionale est demeurée majoritaire parmi les 18-30 ans. Selon un sondage, 64 % d’entre eux ne sont pas allés voter au 1er tour des élections régionales. Un score de 14 points supérieur à la moyenne nationale, estimée à 49,5 %.
Fracture géographique à cause d’un développement à plusieurs niveaux, et fracture sociale avec une classe sociale moyenne reléguée au second rang (Le revenu fiscal moyen des Bretons qui ont rempli une déclaration d’impôt en 2009 reste inférieur à la moyenne nationale).

Nécessité d’équilibrer entre impératifs économiques et priorités sociales

Il faut apprendre à «entretenir la mémoire des méthodes et des outils pour mieux les enrichir». La responsabilité des acteurs publics, y compris les partis et associations luttant pour l’autonomie ou l’indépendance de la Bretagne, doit être engagée, il s’agit selon moi non seulement de rénover les institutions mais de clarifier les responsabilités en mettant l’accent sur les personnes et non sur les institutions afin de mieux et de plus les impliquer dans ce qu’elles (les personnes) entreprennent.

L’objectif est d’équilibrer au mieux les impératifs économiques, les exigences environnementales et les priorités sociales. Ce qui ne peut se faire que par l’évaluation des politiques actualisées, la programmation de celles futures et l’inspiration des expériences étrangères.

Pour l’économiste, le prospectiviste, il faut distinguer clairement les faits et les préférences, investir dans des techniques et des méthodes de travail, confier des travaux de recherches à des laboratoires indépendants, mettre en place un comité de suivi des actions et apprendre à anticiper.

Ce sont seulement ici quelques idées recueillies au sein de la société civile préoccupée par le “maintenant” et oubliant le jour d’après, très proche pourtant, les bonnes intentions affirmées au départ.

Partis politiques et société civile doivent débattre…

Dialoguer avec les différents acteurs politiques et échanger avec la société civile, c’est à cela que j’invite les partis politiques et les représentants de la société civile en vue d’une Bretagne libre, autonome ou indépendante. La Bretagne de demain. Parce que les approches sont différentes tout comme les solutions préconisées par les uns et les autres, il va falloir désigner quelqu’un ou quelqu’une pour assurer et assumer le rôle d’éclaireur dans un pays où on cultive l’ambiguïté et où la clairvoyance n’est pas la qualité la plus partagée chez la caste des “décideurs du destin de la nation”.

Soyez assurés que le Réseau des Bretons de l’Etranger jouera son rôle dans l’harmonisation des différents points de vue de tous les acteurs et décideurs à propos de ce que doit être la Bretagne. Car le contexte dans lequel elle vit aujourd’hui ne permet plus à personne d’avancer à l’aveuglette, de dire ce qu’elle pense ou ne pense pas, d’annoncer un projet et œuvrer pour un autre, ou encore de manipuler et de se jouer de l’opinion publique.

Les Bretons ne sont pas dupes, naïfs ou malléables. Ils ont voté “LÉGITIMISTE” parce que l’offre politique des partis ne leur a pas semblé crédible. Grand temps pour que les décideurs économiques et politiques s’en rendent compte et agissent en conséquence.