Nominoe, François II, Anne de Bretagne

April 27th, 2018

annede bretagne

Qui a intérêt à véhiculer le mensonge concernant la séparation de la Loire Atlantique de la Bretagne ?

Cette assertion, coutumière des fidèles du Parti Socialiste, de l’UDB et de leurs comparses est historiquement fausse.

Disons-le pour la énième fois, le Maréchal Pétain n’est pas responsable de l’exil de Nantes hors de la Bretagne !

Il est temps de rétablir la vérité historique en ce qui concerne Pétain et la Bretagne.

Le Maréchal Pétain et l’Amiral Darlan se sont contentés de signer la nomination de préfets (30 juin 1941) dans ces régions  » groupements économiques régionaux  » dites  » CLEMENTEL  » existant depuis 1919. En effet ce désastreux décret de juin 1941 n’a rien de €œrévolutionnaire €. Tout simplement parce qu’il était le résultat administratif de la volonté jacobine du gouvernement français et des décisions précédentes qui imposaient la partition. .

Ce n’est pas dans le pétainisme ou le gaullisme qu’il faut rechercher les sources de cette séparation, mais dans le jacobinisme le plus violent, chargé de la volonté technocratique de séparer Nantes et Rennes.

Dès l’apparition de la première  » région  » ces deux villes se retrouvent dans des circonscriptions différentes ; l’affaire démarre pendant la guerre 1914-1918. A la vérité, l’idée était dans l’air depuis une trentaine d’années, à tel point qu’une dizaine de propositions de lois régionalistes avaient été déposées sur le bureau de la Chambre des députés. Etienne Clémentel, ministre du Commerce, fut à l’origine de cette  » région économique « . La question du ravitaillement figurait évidemment au premier plan des préoccupations du Gouvernement. M. Clémentel exposa son projet dans une circulaire du 25 août 1914 ; ce projet sera mis a exécution par un décret du 5 avril 1919.

220px-Étienne_Clémentel

Etienne Clementel1864 – 1936

Il est considéré comme l’un des pères de la technocratie et de l’intervention de l’État dans l’économie en France

» Partant du constat selon lequel de grandes agglomérations peuvent jouer un rôle important d’impulsion économique régional, Clémentel regroupe géographiquement, avec leur accord les 149 chambres de commerce.  » (F. Luchaire, Y. Luchaire in Le droit de la décentralisation,PUF 1989). Les dix-sept  » regroupements économiques régionaux  » constituent la première expérience officielle de régionalisation sous la IIIème République ; leur nombre sera ultérieurement porté à vingt. La région  » n °4  » €“ celle de Rennes €“ regroupe les départements d’Ille-et-Vilaine, des Côtes-du-Nord et du Finistère. La région  » n °5  » €“ celle de Nantes €“ recouvre les départements du Morbihan, de Loire-Inférieure, de Vendée, du Maine-et-Loire, d’Indre-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe. Selon Abel Durand,  » Nantes [qui] fut choisie pour siège de Vème région s’est formée spontanément sur la double base du €˜front de mer’ et du réseau fluvial qui débouche dans l’estuaire » (Nantes dans la France de l’Ouest, Plon 1941). Tous les moyens sont bons pour justifier ce découpage régional biscornu ; M. Durand avance ainsi un argument qui pourra surprendre le lecteur de 2011 :  » Le Maine-et-Loire, l’Indre-et-Loire, la Sarthe et la Mayenne font partie de l’hinterland immédiat de la Basse-Loire. Le critérium de la délimitation du territoire de la Vème Région est l’étendue de la zone de pénétration du charbon anglais d’importation débarqué par les ports de Nantes et de Saint-Nazaire » (op.cit.).

Evidemment ce charcutage de la Bretagne ne convient pas aux militants régionalistes. Leur leader, le fameux marquis Régis de L’Estourbeillon, fait du  » morcellement en deux régions distinctes » le thème de ses protestations. Le 23 février1926, dans un rapport présenté à la Journée des régions économiques organisée par la Fédération régionaliste française, il s’insurge  » une fois de plus avec la dernière énergie contre l’invraisemblable et ridicule découpage de la Bretagne en deux régions économiques représentant une Bretagne du Sud et une Bretagne du Nord. Ce découpage artificiel qui n’est justifié par aucune raison sérieuse et contre lequel n’ont cessé de s’élever des associations bretonnes militantes comme l’Union régionaliste bretonne, le Comité de défense des intérêts bretons et bien d’autres « . Bref, pour le marquis, le découpage  » constitue un véritable défi au bon sens et demeure en opposition formelle avec toutes les réalités, tant économiques que de tous ordres de la région bretonne.  »

La responsabilité de ce découpage contre nature revient donc à Etienne Clementel, qui amputa délibérément le Duché de Bretagne de son département de Loire Inférieure devenue depuis Loire Atlantique.

Et c’est à la demande des Chambres de Commerce pour des raisons économiques, et avec l’appui du maire et du conseil municipal de Nantes, qu’un décret-loi du 14 juin 1938 confirma cette amputation sous la Présidence du radical-socialiste, signataire des Accords de Munich, Edouard Daladier.

Le gouvernement de Vichy entérina le découpage Clémentel, le gouvernement de De Gaulle à la Libération de 1945 confirmant une « déchirure » que les programmes d’action régionaux de 1955, les CODER (comités de développement économique) de 1964, puis les EPR (établissements publics régionaux) de 1972 et enfin les lois de décentralisation de Gaston Defferre sous Mitterrand en 1982 ne tentèrent jamais de réparer.

C’est donc aux héritiers de tous ces gouvernements socialistes ou apparentés que les tenants de l’intégralité de la Bretagne et les fédéralistes doivent aujourd’hui demander des comptes. Il faut désormais les contraindre à un RÉFÉRENDUM pour effacer ces scandaleuses absurdités qui, tant en Bretagne qu’en Normandie, doivent faire se retourner dans leurs tombes les Nominoë, François II, Anne de Bretagne, qui au nom de la réalité charnelle de la Bretagne s’élevèrent toute leur vie contre l’oppression française et ses dépeçages administratifs.

Claude GUILLEMAIN

Débat entre Frédéric Foucaud et Louis Melennec

January 15th, 2018

L’HISTOIRE INSENSEE DE LA BRETAGNE. COMMENTAIRE SOUS LE FILM YOUTUBE DE MARION SIGAUT, HISTORIENNE HONNIE PAR LE SYSTEME.

January 14th, 2018

WIKIPEDIA, L’ABSURDE “ENCYCLOPEDIE” DES CONNERIES : LOUIS MELENNEC, MARION SIGAUD, PIERRE HILLARD … ET LES “EXPERTS”, LES “CONTRE- EXPERTS”, LES “SUREXPERTS” DE WIKIPEDIA, L’ENCYCLOPEDIE “LIBRE” DES ABSURDITES, DES ERREURS, DES SOTTISES, DES CONNERIES..

L’invraisemblable officine ignare WIKIPEDIA conteste votre qualité d’Historienne ! Que ne riez-vous aux éclats !!! Ces amateurs de calibre minuscule sont jugés par tous pour ce qu’ils sont : ridicules.
Aucun doute, madame Sigaut : vous êtes, par vos diplômes, vos écrits, historienne reconnue par vos pairs. Je vous classe, même, parmi les historiennes musclées ! Ce qui signifie que, par bonheur, vous n’êtes pas de ces carpettes universitaires mises en place par stalinisme, ou d’autres méthodes aussi dégoûtantes, de l’ordre de l’hitlérisme. Carpettes rampantes, écrasées sur le sol, dont le métier consiste à resasser et à remâcher le discours autorisé par les gens en place : voyez la manière dont furent traités par l’ “Université” l’éminent Bernard LUGAN, proche … de radio-courtoisie, et mon ami Reynald SECHER, proche, lui … de l’église catholique !!!  C’est dire aussi que, si je me réjouis de votre liberté de ton, je suis en désaccord avec vous, notamment sur la justice et ses graves dérapages. (J’ai présidé, au Sénat, en 2003, un colloque sur les citoyens français et leur justice : mes propos n’ont pas plu : TANT MIEUX :
Nous sommes quelques-uns à connaître la sottise, l’ignorance, la stupidité, la malhonnêteté des “experts” et “surexperts” de WIKIPEDIA.
Je lis que la biographie de Pierre Hillard, docteur en sciences politiques, auteur de nombreux ouvrages, a été “supprimée”. Je suis loin de partager ses idées, et suis très à l’aise pour dire que  j’ai beaucoup ri, tant c’est stupide. Nous sommes quelques uns à avoir bénéficié du même honneur de la part de cette “encyclopédie” “libre” de l’absurdité.
Historien diplômé de la Sorbonne, je suis spécialiste de l’histoire bretonne, j’ ai publié un bref ouvrage, le LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE totalement scotomisé par les merdias français, et par la totalité des merdias “bretons” subventionnés par nos impôts, et que nos jeunes désignent maintenant sous le terme hilarant de “merdias de la collaboration”.  Quarante ans de réflexions; mes recherches sont étayées par de multiples diplômes juridiques, dont un doctorat en droit, délivré par les plus prestigieux juristes français. En dépit du traitement de cet ouvrage par lesdits merdias - je suis inscrit sur une liste noire - il a été téléchargé 300 000 fois sur la toile, et est en train de faire le tour du monde. Il est entre les mains des comités Nobel.
Vous n’imaginez pas les conn….. que je lis dans les “articles” publiés par l’ “encyclopédie” “libre” “WIKIPEDIA” sur l’histoire de la Bretagne. Certains de ces “articles” comptent presqu’une erreur par ligne !
Vous êtes bien charitable de consacrer tant de salive à ces pauvres hères. Ne vaut-il pas mieux cracher une seule fois, avec énergie - vous n’en manquez pas, n’est-il pas vrai - pour économiser votre salive ? Gardez la pour des tâches plus nobles.
Dans une note plus longue, je vais vous faire bien rire de ces rigolos, et vous raconter comment quelques jours seulement après la “suppression” de ma propre biographie de cette hallucinante “encyclopédie” “libre”, elle est réapparue dans des sites multiples. L’une est en anglais et, m’a-t-on dit, une autre en chinois (ce dont je ne suis pas sûr, car je ne lis pas encore les idéogrammes et les pictogrammes chinois, ce qui ne manquera d’arriver, vue mon extrême jeunesse d’esprit).
Tapez dans Google : mélennec wikipédia

Vous allez vous esclaffer ! Les voila rhabillés pour plusieurs hivers !
Bien à vous : HAUT LES COEURS, sus aux imbéciles !
S’ils n’existaient pas, qu’est-ce qu’on s’emm….rait !
Il remplissent un fonction d’intérêt public : nous faire rire.
LE BON DOCTEUR MELENNEC

Bloavezh mat !

December 29th, 2017

Contre la Fermeture d’un Pub Bar Breton ( BRO GOZH Breizh Pub : Gwengamp ) Auteur : SARL Breizh Pub

December 26th, 2017

Gwengamp )

)

Auteur : SARL Breizh Pub

Créé le 26/12/2017

À l’attention : Elus et dirigeants des Côtes d’Armor 22

Anti Dictature Française en Bretagne !

La devise Française RÉPUBLIQUE UNE ET INDIVISIBLE veut dire que les bretons sont interdit d’être Libres …!

Un Fait :
Une fermeture administrative du Bro Gozh Breizh Pub à été décidée.
Nous restons tout de même ouverts jusqu’au débarquement des forces d’occupation …
Les autorités (Préfet, Sous-préfet, Maire etc..) ont finalement cédé aux pressions extérieures gauchistes anti bar breton.
Notamment celle de groupes très violents appelés Antifa .
- de certains commerçants hostiles … 
- de pétitions anti Breizh Pub
- de calomnies et multiples dénonciations fausses
- de balances et lèche culs ….

Jerom Ar Banner, propriétaire du lieu, Nationaliste breton sincère et engagé dans la vie privée, a lui subi une diffamation concernant un geste point fermé tendu qualifié a tort de salut nazi !
Il se réserve la possibilité de ré ouvrir après la fermeture administrative Française, de vendre, ou de baser l’établissement à l’étranger. (Pays de Galles ou Irlande)

Les gérants Anton Ar Banner , Jeannin A Banner et notre accueillante serveuse Sophie sont tous les trois très appréciés .

https://www.mesopinions.com/petition/politique/contre-fermeture-pub-bar-breton-bro/37577?valid=true

Saint-Brieuc. Les incivilités en nette diminution dans les bus

November 15th, 2017

Publié le 15/11/2017 à 07:15

  • Michel Petra, responsable sécurité du réseau, et Michel Le Méhauté, policier municipal, à l’occasion d’un contrôle.Michel Petra, responsable sécurité du réseau, et Michel Le Méhauté, policier municipal, à l’occasion d’un contrôle. | DR

Thibaud Grasland

Les incivilités diminuent dans les bus de l’agglomération de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). C’est le résultat d’une augmentation des contrôles. Et d’une politique de sécurisation des bus par la police municipale qui fonctionne. La Ville et le réseau des Tub ont renouvelé leur partenariat.

Ces dernières semaines ont été chaudes dans les réseaux de transports en commun bretons. À Rennes et à Lorient, des bus ont été caillassés, des conducteurs agressés. Le réseau des Transports urbains briochins (Tub) n’a pas eu à déplorer de tels actes depuis longtemps. Hier, la Ville, l’Agglomération et Baie d’Armor Transport ont fait le point sur la convention qui lie la police municipale de Saint-Brieuc et le réseau des Tub.

Les policiers patrouillent dans les bus

Depuis 2015, on voit régulièrement des policiers monter dans les bus. Tout le monde se félicite de l’efficacité de cette coopération. Elle permet d’éviter de tels actes, mais aussi les petites incivilités du quotidien. « Quand les gens nous voient monter dans le bus, ils enlèvent les pieds du siège d’en face et retirent leur sac du siège d’à côté », explique Michel Le Méhauté, le référent transport urbain à la police municipale.

D’après les chiffres de Baie d’Armor Transport, qui gère le réseau Tub, les incivilités et agressions seraient passées de 72, entre octobre 2013 et septembre 2014, à 41, entre octobre 2016 et septembre 2017. « Le taux d’insécurité est minime par rapport aux autres réseaux », constate Yves Le Chanu, directeur des transports urbains.

La Ville de Saint-Brieuc et le réseau des Tub ont renouvelé leur partenariat.La Ville de Saint-Brieuc et le réseau des Tub ont renouvelé leur partenariat. | Ouest-France

Parmi les incivilités, on inclut les jeunes qui appuient sur le bouton rouge qui décompresse les portes. Ça a été le cas, récemment, à Ploufragan. Des apprentis du CFA, voulant rentrer plus vite dans le bus par les portes arrière afin d’avoir des places assises ont activé ce bouton. Le bus n’a pas pu repartir. « Cela pénalise tout le monde. Les auteurs ont été identifiés en lien avec l’établissement », indique Michel Petra, le chef de la sécurité du réseau.

Dans ce genre de cas, « la présence de la police municipale n’est pas neutre », poursuit Yves Le Chanu. Son rôle ? Faire de la prévention mais aussi sécuriser les contrôles lors d’opérations « coup de poing », les soirs de veille de vacances scolaires par exemple. Les policiers municipaux ont été formés pour procéder à des interventions et des interpellations dans ces véhicules exigus ou cela n’est pas évident.

Quand les bouchons agacent les passagers…

Dans les bus, les policiers municipaux trouvent parfois de la drogue, mais aussi des armes. L’an dernier, un couteau avait été dissimulé entre deux sièges par un homme qui avait peur de se faire fouiller. Mais ils sont aussi appelés lorsque des voitures stationnées bloquent les bus aux arrêts. Deux points noirs ont été observés : le boulevard Clemenceau et le quartier de Cesson.

Le nombre de contrôles est, lui, en augmentation. Avec un taux de 3,03 % (des voyageurs) en octobre 2017, c’est quasiment un point de plus qu’en octobre 2016. Le taux de fraude constatée est donc lui aussi en augmentation : de 0,69 à 0,86 %. « Pour avoir le taux de fraude réel, il faut multiplier par 5 ou 6 », explique le directeur. Les agents du réseau ont observé une petite dégradation du climat ambiant, ces derniers temps, avec les retards et les bouchons liés aux travaux. Dans ces cas-là, « les agents font moins de contrôles et plus d’orientation des voyageurs », poursuit le directeur.

Les conducteurs et les contrôleurs voient passer du monde. Leurs bus sont un peu le reflet la société. Exemple : ils ont pu noter que les élèves du collège Léonard-de Vinci sont d’une remarquable politesse avec le personnel. « Ils disent bonjour à chaque fois ! »